Voici quelques idées reçues fréquentes sur les vers chez le chien.

1ère idée reçue : mon chien n’a besoin d’une protection contre les parasites qu’au printemps et en été. 

Bien que de nombreux propriétaires d’animaux domestiques n’administrent des produits de contrôle des parasites (vers, puces et tiques principalement) que durant les mois les plus chauds, une protection antiparasitaire administrée au chien toute l’année peut parfois être nécessaire. 

Les changements climatiques peuvent également affecter la transmission et la survie des vers chez le chien. À mesure que les tiques, les puces et les moustiques deviennent plus répandus dans certaines régions, ou durant de plus longues périodes dans l’année.

Les chiens peuvent aussi emporter avec eux lors de leurs déplacements (pendant les vacances par exemple) certains vers ? 

2ème idée reçue : mon animal ne peut pas avoir de vers puisque je n’en ai vu aucun.

femme avec Golden Retriever dans un parc ;

De nombreux propriétaires d’animaux croient, à tort, que si leur chien souffre de parasites internes, ils seront alors en mesure de le détecter dans les selles. Or de nombreux chiens ne présentent aucun symptôme lié à la présence de vers (ou très peu), même lorsqu’ils sont infestés. 

« Étonnamment, beaucoup de chiens souffrant de parasitisme interne ne montrent aucun signe clinique, surtout au début », explique le Dr Kathryn Duncan, Docteur en Médecine Vétérinaire, à l’Université d’État de l’Oklahoma. « Au fil du temps, lorsque les parasites ne sont pas éliminés, la pathologie peut s’aggraver et l’intensité des infestations peut augmenter à mesure que le chien se ré-infeste au contact de son environnement. Si vous vous demandez comment savoir si un chien a des vers, la meilleure approche est une détection précoce réalisée par votre vétérinaire. »

3ème idée reçue : mon environnement est propre. Nous n’avons pas de problème de parasites ici.

Les parasites internes sont plus répandus que ce que croient la plupart des gens. Alors qu’un nombre croissant de propriétaires d’animaux domestiques voyagent avec leurs chiens et les socialisent dans les parcs canins, les risques parasitaires continuent de s’accroître. Une étude effectuée à travers les parcs canins aux États-Unis montre que 1 chien sur 5 est positif à la présence de parasites internes (1).

 « Que ce soit au parc, lors de la promenade quotidienne, ou même transportés par inadvertance sur nos vêtements ou sur nos chaussures, les chiens et les vers finissent par se rencontrer et des infestations en résultent » explique le Dr. Duncan.

Les menaces parasitaires changent également à mesure que les mouvements des animaux s’accroissent et que de plus en plus de chiens sont transportés d’une région à une autre, voire d’un pays à un autre.L’un des risques potentiels de ce phénomène est l’introduction de parasites dans de nouvelles régions qui en étaient jusque-là indemnes. 

4ème idée reçue: la présence de vers chez le chien n’est pas si grave.

Berger allemand qui se repose dans l’herbe ;

De nombreux propriétaires sous-estiment non seulement le risque que représentent les parasites pour la santé de leur chien, mais ils oublient également souvent le risque que les zoonoses représentent pour les membres de leur famille, c’est-à-dire le risque de contamination du chien vers l’Homme. 

« Les propriétaires pensent souvent que ça n’arrivera jamais à leur chien », affirme le Dr. Little. « Mais les parasites qui peuvent se transmettre à l’homme comme les ankylostomes sont très communs chez les chiens ; près de 1 chien sur 10 visitant les parcs canins aux États-Unis est infecté par des ankylostomes. » (1)

Les larves d’ankylostome se développent dans le sol de zones récréatives telles que les parcs canins et d’autres lieux extérieurs où les gens et les animaux se rassemblent et où ils infestent facilement les chiens et les humains. « Les ascarides sont également fréquents chez les chiens, en particulier chez les jeunes chiots, et les œufs, une fois dans le sol, survivront et resteront infestants durant plusieurs années », explique le Dr. Duncan.

 « Bien que la plupart d’entre nous ne développons pas de maladies graves à cause de ces infestations, le traitement des chiens contre les parasites internes contribue à protéger la santé publique, ainsi que la transmission des vers chez les chiens », explique le Dr. Duncan.

Pour en savoir plus cliquez ici 

 

EM-FR-20-0073_Mai2020

 

RÉFÉRENCES :

  1. Stafford K, Kollasch TM, Duncan KT, Horr S, Heinz-Loomer, C, Goddu T, et al. Detection of gastrointestinal parasitism at recreational canine sites in the United States. 2020. Preprint available at Research Square. DOI: 10.21203/rs.3.rs-17486/v1